animaux, humour,histoire,mystique,poèmes,contes,bric à brac

animaux, humour,histoire,mystique,poèmes,contes,bric à brac

UN DRAME INCONNU DE TOUS OU PRESQUE

Un Allemand Wihelm Gustloff à la tête du parti nazi local en Suisse est connu pour son zèle antisémite et David Frankfurter, jeune activiste juif, l’assassine à Davos en 1936. Hitler décide alors de baptiser de son nom un paquebot en cours de finition.

 

Lancé à Hambourg le 5 mai 1937, il s’agit d’un vaisseau de croisière pouvant transporter 1865 passagers. Après la déclaration de guerre  de 1939 il est transformé en navire-hôpital et sert à rapatrier les blessés de la campagne de Norvège en 1940. Ensuite il devient une caserne flottante amarrée dans le port de Gothenhafen (Prusse orientale)

 

En 1945 rares sont les Allemands qui ont des illusions sur l’issue de la guerre  et devant l’avancée des armées soviétiques, civils et militaires fuient et beaucoup prennent place sur le navire espérant atteindre Hambourg encore libre de toute occupation. A bord, 6050 personnes officiellement mais on pense qu’il pouvait être jusqu’à 10.000.

 

Le soir du 30 janvier, un matelot apporte au commandant un message radio qui indique une formation de dragueurs de mines et pour éviter la collision les feux de position sont allumés. Malheureusement il s’agissait d’une fausse information mais le sous-marin russe S13 détecte le paquebot et tirent  des torpilles dont deux  au moins atteignent la salle des machines.

 

Panique générale à bord, les canots de sauvetage pris d’assaut sont recouverts de glace la température étant de -15°C, les femmes prisent de panique abandonnent leurs enfants pour s’échapper plus vite, les matelots et hommes d’équipages tentant sans succès de pré server les accès des échelles aux femmes et aux enfants.

 

Il y aura en tout 996 rescapés secourus par des navires accourus à la rescousse. Cette catastrophe sera quasi ignorée, enfouie au milieu de tant d’autres drames vécus par les réfugiés allemands d’Europe Centrale et orientale. De plus le drame des camps de concentration  rendu public à la même époque rendait dérisoire par comparaison toute référence aux souffrances aux Allemands.

 

 

 

 



14/11/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 59 autres membres