animaux, humour,histoire,mystique,poèmes,contes,bric à brac

animaux, humour,histoire,mystique,poèmes,contes,bric à brac

REVISONS NOTRE HISTOIRE - 9EME PARTIE

 

 

Charles Martel, (685-741), fils de Pépin le gros a bien du talent et aussi beaucoup de caractère. Aidé par les circonstances qu’il sait très bien saisir, il rend service quand on le lui demande, seule façon de s’imposer à un peuple. De plus il représente l’ordre et la sécurité, rétablit la légalité, dompte les Neustriens et les Saxons quand une occasion encore plus belle que les autres se présente à lui : l’invasion des Arabes.

 

Peuple sorti du fin fond de l’Arabie, amenant avec lui une nouvelle religion, il a déjà conquis l’Afrique du Nord, l’Espagne, franchi les Pyrénées, est arrivé dans les vallées de la Garonne et du Rhone, Charles Martel le combat et refait ainsi l’union des Gaules. Fin stratège, il attend que l’Aquitaine, jalouse de son indépendance, soit menacée par l’invasion pour intervenir et il ne se met en campagne qu’une fois que Bordeaux est pris par les arabes.

 

 

 

 

 

C’est en 732 qu’il met en fuite l’armée d’Abdéramane qu’il rencontre et qui lui donne le nom de Martel.

 

Ayant chassé les « infidèles » il est devenu un héros national et chrétien, d’ailleurs le pape Grégoire III sollicite à plusieurs reprise le secours de son armée et il répond toujours avec empressement alors comment après tous ces faits tout à son honneur, ne pas devenir roi ? Comme ses prédécesseurs, il prend toutefois son temps ne voulant pas remplacer un obscur Mérovingien Thierry IV mort en 737.

 

Souverain sans en avoir le titre, il retombe dans les travers de Clovis : avant de mourir il partage ses états entre ses deux fils Carloman et Pépin., mais ces deux hommes par miracle furent d’accord sur tout, combâtirent avec succès les vieux partis qui leur tenaient tête ; enfin Carloman eut la délicatesse d’abdiquer afin de laisser son frère « Pépin » règner. Zacharie, le nouveau pape estimant que le pouvoir revenait à celui qui l’exerçait confirma l’état de fait, récompensant ainsi le service rendu à Grégoire II par le père de Pépin.

 

Le changement de dynastie se fit sans problèmes (752) car il avait été admirablement amené et le dernier Mérovingien avait disparu, le saint siège entérinait, rendant la nouvelle dynastie indiscutable, la substitution fut naturelle, l’autorité rétablie, le pouvoir puissant, une nouvelle ère venait de naitre : celle des descendants de Charles Martel, les Carolingiens dont le premier est « Pépin le Bref »

 

 



01/05/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 59 autres membres