animaux, humour,histoire,mystique,poèmes,contes,bric à brac

animaux, humour,histoire,mystique,poèmes,contes,bric à brac

REVISONS NOTRE HISTOIRE - 5EME PARTIE

 

 

 

.......Pourtant il manque une chose à Clovis : être aussi puissant dans son pays d’origine comme il l’est dans ses nouvelles conquêtes car les tribus franques qui sont restées païennes n’ont pas envie d’obéir à ce nouveau chef converti, de plus, certains petits chef font partie de sa famille et ils peuvent devenir dangereux, il n’y a qu’une solution : les faire disparaitre. Il exécute donc une série de crimes politiques évitant ainsi une guère civile entre tribus car il n’est pas certain que ses troupes lui seraient restées fidèles.C’est ainsi qu’il unifia son royaume du nord. De plus en supprimant tous ces païens il ouvrait une brèche au christianisme.

 

 Les lois et les impôts furent les mêmes pour tous, la population se mêla spontanément par les mariages et le latin devint la langue officielle des francs qui oublièrent la leur tandis que se formait la langue populaire, le roman, qui à son tour donnera naissance au français.

 

 

 

 

 

On peut alors se demander, si tout était aussi parfait, pourquoi l’oeuvre de Clovis n’a pas duré plus longtemps, pourquoi la France n’a-t-elle  pas été fondée à ce moment là ? Une réussite trop rapide peut-être à qui il manquait la patine du temps ? mais un autre élément peut aussi répondre à cette question : le pouvoir royal était partagé entre les fils du roi défunt, les quatre fils de Clovis héritèrent donc chacun d’une partie de la succession ; on imagina sans doute qu’ils s’entendraient pour continuer l’oeuvre de leur père mais comme cela n’était pas dans l’ordre des choses, il faudra attendre les capétiens pour que l’unité et la monarchie deviennent synonymes.

 

 

 

 

 

Pourtant cette idée d’unité cheminait dans les esprits mais le partage entraine des divisions entre l’Austrasie et la Neustrie, l’opposition de Paris et de Metz, de Rouen et de Verdun soit des siècles avant de retrouver leur unité.

 

Les Carolingiens qui prendront la suite et forts de cet enseignement reculeront le moment du morcellement féodal.et les capétiens la reprendront à leur compte.

 

 

 



23/04/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 55 autres membres