animaux, humour,histoire,mystique,poèmes,contes,bric à brac

animaux, humour,histoire,mystique,poèmes,contes,bric à brac

MONSIEUR DEFOE,N' AURIEZ-VOUS PAS UN PEU COPIE?

 

Nous sommes début février 1709, un bateau jette l’ancre devant une île au large du Chili. Les hommes qui en descendent sont des pirates qui pillent les bateaux et possessions espagnols. La pinasse qui se rend à terre a pour mission de faire provision d’eau.

Le soir venu, les boucaniers aperçoivent des lumières sur la plage et pensent que l’équipage d’un bâteau français a débarqué mais il n’en est rien.

Ils découvrent une sorte de sauvage blanc habillé de peau de bêtes  ayant perdu l’usage de la parole ; il va toutefois donner son nom : Alexander Selkirk,  il est écossais et petit à petit, il va raconter son invraisemblable histoire :

 

 

 

 

 

Tout commence en 1703 quand à 27 ans il rejoint l’équipage de Stradling comme pilote et durant deux ans il va écumer les mers dépouillant les espagnols de leur or. Mais le navire est en mauvais état et Selkirk craint qu’il ne puisse faire route vers le cap Horn comme l’a prévu le capitaine. Une discussion orageuse a lieu entre les deux hommes et le pilote menace de débarquer sur une île toute proche essayant d’entrainer avec lui l’équipage qui par peur refuse de le suivre. Le capitaine le prend alors au mot et le débarque sur l’île la plus proche très heureux de s’être débarrassé d’un semeur de troubles.

L’entêtement du capitaine sauvera la vie de  Selkirk puisque le bateau fera naufrage dans une tempête entraînant tout son équipage dans les flots.

Surmontant une période d’abattement, l’écossais fait l’inventaire de ses trésors jetés par les marins : un fusil avec un peu de  poudre, des balles, du tabac, une hache, un couteau, une bouilloire, une bible, d’autres livres et ses instruments de mathématique pour naviguer et retrouvant son instinct de survie, il va construire une hutte, fabriquer des ustensiles en bois, manger, huitres, langoustines et chèvres sauvages, et la vie serait presque parfaite s’il ne lui manquait pas une compagnie.

 

 

 

 

 

Deux ans après ce naufrage un bateau espagnol jette l’ancre devant son île, notre homme se cache et redescend de l’arbre sur lequel il était perché quand les hommes repartent non sans avoir avant démoli son camp.

Après quatre ans et quatre mois de solitude, le navire anglais de Woodes Roger jette l’ancre devant l’Ile Mas-a-Tierra, Selkirk est sauvé et il va retrouver doucement la parole et ses reflexes de marin.

Plus tard, le capitaine Roger lui confiera le commandement de l’un de ses bateaux et quand il regagne l’angleterre, sa part de butin en fait un homme riche.

Un journaliste raconte son histoire rédigée dans le livre de bord du capitaine Roger.

Selkirk lui, reprendra la mer en 1720 à 44 ans comme officier à bord d’une vaisseau anglais qui part combattre les pirates du golfe de Guinée. Il périra l’année suivante après être tombé à l’eau lors d’une tempête à moins qu’il ait succombé à la fièvre jaune, on ne sait pas vraiment.

 

 

 



07/02/2012
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 59 autres membres