animaux, humour,histoire,mystique,poèmes,contes,bric à brac

animaux, humour,histoire,mystique,poèmes,contes,bric à brac

La ballade des pendus

 

 

François de Montcorbier dit Villon né en 1431 à Paris, disparu en 1463, est le poète français le plus connu de la fin du Moyen Âge.

 

Universitaire puis maître de la faculté des Arts dès 21 ans, il mène une vie joyeuse d’étudiant indiscipliné au Quartier Latin.

 

A 24 ans, il tue un prêtre dans une rixe et s’enfuit de Paris. Amnistié, il doit de nouveau s’exiler un an plus tard après avoir cambriolé le collège de Navarre.

 

Invité à la cour de Charles d’Orléans il n’y fait pas carrière et mène alors une vie errante sur les routes.

 

Emprisonné à Meung-sur –Loire et libéré à l’avènement de Louis XI, il revient à Paris après six ans d’absence. De nouveau arrêté dans une rixe il est condamné à être pendu.

Après appel, le parlement casse le jugement et le bannit pour dix ans de Paris. Il a 31 ans et c’est alors qu’on perd sa trace.

 

Son œuvre, qui connut un succès immédiat, n’est pourtant pas facile d’accès car il utilise à profusion le double sens et l’antiphrase.

 

L’imagerie populaire a fait de lui un escroc par excellence, grand farceur et grand buveur toujours habile à tromper le bourgeois pour vivre d’expédients.

 

Et même si on a perdu sa trace, il a laissé dans notre dictionnaire les mots Villonner et villonnerie l’équivalent de  fripon et de friponner.

 

 

« En grande pauvreté ne gît pasgrande loyauté. »

de François Villon 



06/01/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 55 autres membres